Avez-vous déjà souffert d’un burn-out une fois ? Dans le monde, mais surtout en France, le mal est de plus en plus d’actualité. En effet, de nombreux rapports ont révélé qu’environ 2 % de la population hexagonale serait touchée par le burn-out. Si on ne le classe pas dans la catégorie des maladies mentales, il faut toutefois préciser que le burn-out a un impact psychologique sévère sur les travailleurs touchés. Dans ce contexte, comme le vaincre ?

Le burn-out, de quoi s’agit-il ?

Encore appelé épuisement professionnel, le burn-out est le plus souvent qualifié de syndrome. Le terme a été utilisé pour la première fois en 1969 et était surtout appliqué aux soignants. Il s’agit comme le définit la Haute Autorité de la Santé d’un « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel ».

Aujourd’hui, l’usage du terme ne concerne plus les professionnels de la santé. Il a été élargi à tous les autres métiers. Par ailleurs, tout le monde peut en souffrir, qu’il s’agisse du directeur d’entreprise ou du simple ouvrier.

Comment vaincre le burn-out ?

Pour vaincre le burn-out, il est indispensable de voir un médecin pour un bilan psychologique. En effet, seul le médecin est habileté à décréter qu’un patient souffre d’un burn-out. Toutefois, il existe des tests d’auto-évaluation permettant de savoir si oui ou non, on a des symptômes propres au burn-out. C’est le cas des tests MBI et CBI.

Les patients atteints du syndrome de burn-out suivent un traitement en plusieurs étapes. Il prend en compte un arrêt momentané du travail, une thérapie pour reconstruire l’état psychologique du patient et enfin un accompagnement pour une meilleure réinsertion professionnelle.

Toutefois, le traitement n’est pas que psychologique, il peut être accompagné d’une prescription par le médecin traitant d’antidépresseurs. Ces derniers sont nombreux et ils sont prescrits en fonction de la chronicité du syndrome.