Dans le jeu mobile Android Princess Plastic Surgery, une princesse blonde aux yeux de bogue a été maudite par une sorcière. « La sorcière les a rendues moches ! », peut-on lire dans la description de l’application. « Vous êtes le seul à pouvoir les aider ! Ne ratez pas l’occasion de devenir un professionnel de la chirurgie plastique. » L’icône de l’écran d’accueil de l’application représente la princesse regardant fixement une seringue qui s’approche, les yeux débordant de larmes. Ses lèvres ont gonflé et occupent maintenant la moitié inférieure de son visage.

Exemples concrets

L’application, créée par Bravo Kids Media, est l’une des dizaines de jeux et d’applications de chirurgie plastique similaires actuellement disponibles au téléchargement. Nose Doctor Fun Kids Game, une application Android apparemment conçue pour tous ceux qui recherchent ces mots clés, affirme que les garçons et les filles « apprendront beaucoup de choses sur la médecine » en faisant subir à un personnage de dessin animé une opération du nez. Celebrity Plastic Surgery Hospital vous demande d’opérer différentes parties du corps d’une femme animée. Dans Little Skin Doctor Treatment Game, vous devez faire un lifting du visage d’un patient de dessin animé.

Il n’est pas surprenant que ces jeux aux couleurs vives et aux allures de dessins animés, qui sont souvent explicitement conçus pour une population plus jeune et plus vulnérable, aient rencontré une certaine résistance. Endangered Bodies, une organisation mondiale qui remet en question les messages culturels sur l’image corporelle négative, a lancé une pétition Change.org pour sensibiliser Apple, Amazon et Google à ce problème, avec l’aide de la Butterfly Foundation, qui œuvre à la prévention et au traitement des troubles de l’alimentation, et d’EMBodIED, une équipe de recherche de l’université La Trobe en Australie. Leur pétition, intitulée « Stop aux applications de chirurgie esthétique destinées aux enfants : #surgeryisnotagame », a depuis recueilli plus de 119 000 signatures.

Apple et Google ont retiré au moins certaines de ces apps de leurs magasins d’applications par le passé. En 2013, une application appelée Plastic Surgery & Plastic Doctor & Plastic Hospital Office for Barbie a été retirée de l’iTunes Store suite à des réactions négatives en ligne. « Cette malheureuse fille a tellement de poids en trop qu’aucun régime ne peut l’aider », lisait-on dans la description. « Dans notre clinique, elle peut subir une opération appelée liposuccion qui la rendra mince et belle. Nous devrons faire de petites incisions sur les zones à problèmes et aspirer la graisse superflue. Allez-vous l’opérer, docteur ? » C’était recommandé pour les 9 ans et plus.

Pourtant, cette opposition ne semble pas avoir découragé les développeurs d’applications. L’une des applications mises en avant par la pétition, Plastic Surgery Simulator (« transforme-toi en un mannequin de Victoria’s Secret en un instant »), a été téléchargée entre 10 000 et 50 000 fois. Les applications de Bravo Kids Media se targuent d’être très bien notées et de compter un nombre considérable de téléchargements, de Crazy Pregnant Mom Makeover (4,5 étoiles sur l’App Store) à Clumsy Santa ER Surgery (plus de 100 000 téléchargements sur Google Play).

Comme les émissions de télé-réalité Botched et I Want a Famous Face avant elles, ces applications tirent parti de notre obsession culturelle collective pour la chirurgie esthétique. À la différence de la télé-réalité, cependant, la gamification est explicitement à l’œuvre : ces applications sont répertoriées dans les catégories « Jeux » de l’App Store et du Google Play Store, et elles véhiculent l’idée qu’un corps ou un visage parfait est l’objectif à atteindre, et que la « victoire » n’intervient qu’au terme d’une opération. Dans Princess Plastic Surgery, la patiente peut choisir une robe de bal comme prix.

Tout pour la beauté

Si ces applis ne sont pas nouvelles, elles sont devenues plus absurdes et plus répandues ces dernières années. Bravo Kids Media, lancée en 2015, a créé plus de 30 applications Android. (En 2009, Reuters rapportait qu’il n’y avait que deux applications de chirurgie plastique disponibles pour l’iPhone). Elles ne sont pas non plus une bizarrerie isolée. Elles font partie d’un éventail d’applications – des applications de photoshopping à fort coefficient de filtrage à celles qui mettent les utilisateurs en contact avec de vrais chirurgiens – qui sont devenues une partie importante de la culture croissante et permanente entourant la chirurgie esthétique. Tout cela fait partie d’un écosystème en ligne qui a renforcé la mission séculaire de la société consistant à faire en sorte que les gens se sentent mal dans leur corps et dépensent éventuellement de l’argent pour se sentir mieux.

L’année dernière, le Nuffield Council on Bioethics du Royaume-Uni, un organisme indépendant qui couvre les questions de médecine, a publié un rapport sur l’éthique des procédures cosmétiques. Selon ce rapport, les applications de chirurgie esthétique font partie d’une tendance troublante et croissante des « applications d’autosurveillance », comme les compteurs de calories et les applications de cycle de sommeil, car elles permettent à l’utilisateur de « mesurer » son propre visage par rapport à un idéal.

L’aspect « jeu » de certaines des applications que j’ai trouvées m’a mise mal à l’aise », a écrit Kate Harvey, une chargée de recherche senior qui a contribué au rapport du Nuffield Council. « Le caractère invasif des procédures cosmétiques, et les vulnérabilités potentielles de ceux qui pourraient avoir accès à ces procédures, signifie que ‘jouer’ avec les idéaux de beauté est une voie qui devrait être empruntée avec beaucoup de prudence. »